Pourquoi ton club représente ( parfois) un frein à ta progression

UN CONSTAT SIMPLE

Salut, il n’est pas évident de déceler pourquoi ton club va représenter un frein à ta progression. Lorsque tu commences le tennis de table en compétition, tu vas enclencher un processus de progression qui va vite t’amener à recevoir les encouragements et la reconnaissance par tes partenaires de club.

Dès lors, tu vas commencer à te fixer des objectifs de classement à atteindre. TOUJOURS EN FONCTION DE CE QUE TU CONNAIS et donc les 2-3 meilleurs joueurs de ton club si leur classement n’est pas trop inaccessible (18 et plus par exemple en ayant commencé à l’âge adulte). Et cela peux importes ton potentiel réel, ton degré d’entrainement ou ton implication.

Tu vas faire tout un tas de compromis technique et tactique pour atteindre le classement de référence de ton CLUB ( celui auquel tout le monde te respecte). Et pas celui que tu aurais viser naturellement en ayant commencé dans une autre structure.

Combien de joueurs as-tu déjà entendu avoir la prétention d’obtenir 3 classements de plus que le meilleur joueur de leur club actuel ? Même si leur courbe d’apprentissage et de progression leur permettrait légitimement d’y prétendre. Et ceux qui aurait l’envie, on leur ferait comprendre que ce n’est pas possible sans partir (ce qu’y n’est pas vrai) et donc sans TRAHIR le club qui a investi en eux et au sein duquel il se sente bien.

Comme nous sommes tous profondément attaché à ne pas faire de vague d’une part et d’autres part, avons une reconnaissance envers tous les joueurs et dirigeants qui nous accompagne, NOUS RENTRONS DANS LE RANG.

Les personnes au sein des clubs veulent bien sûr que nous devenions le meilleur pongiste possible mais UNIQUEMENT sans quitter notre structure d’origine.

Je n’imagine pas le nombre de pongistes qui aurait pu grimper de quelques classements supplémentaires s’il avaient eu en eux L’EGOISME indispensable à notre sport individuel ( je n’ai jamais quitté mon club, j’ai fait un choix très conscient, je ne regrette rien).

Je n’ai jamais rencontré un joueur plus fort que moi qui ne soit pas EGOISTE concernant sa pratique pongiste.

Si tu arrives en équipe 1 de ton club, tu dois te poser certaine question et y donner une réponse claire et forte, c’est loin d’être facile car tout le monde te regardera avec un regard de fierté et le sentiment que C’EST BON TU ES LA OU TU DOIS ETRE.

EST-CE TOUT CE QUE JE VAUX ? EST-CE QUE SI JE CONTINUE MES EFFORTS J’IRAI BEAUCOUP PLUS LOIN QUE LA OU JE SUIS ?

LE RÔLE DES CLUBS

Nos clubs de ping sont pour la plupart organisé sous forme pyramidal, mais en vérité , sous forme d’ascenseurs à étage très rapidement. Dès que l’on va manquer d’une équipe intermédiaire, notre progression va être fortement compliqué.

Il existe même beaucoup trop souvent 2 ou 3 divisions d’écart entre l’équipe première et l’équipe 2 du club, ce qui en tant que joueur en progression est une véritable épine dans ton pied pour accéder à l’élite de ta structure.

Il existe 3 type des clubs de ping (à mon sens) :

Ceux qui ne proposent aucune offre d’entrainement/d’encadrement dirigés a leur adhérents jeunes ou adultes (encore beaucoup trop à mon goût). On va à la salle, on ne fait que des matchs et on progresse jusqu’à un certain point selon : l’émulation, la résilience à l’effort et aux difficultés, la conviction dans sa pratique, son matos etc…

Ceux qui proposent de l’entrainement dans le but d’accompagner leur joueur vers leur meilleur niveau mais A CONDITION DE RESTER DANS LA STRUCTURE FORMATRICE (Mon club par exemple).

Mon club ayant une structure d’équipe plutôt équilibrés avec moi en haut de la pyramide. Je suis confiant quand à nos capacités à accompagner un joueur vers son meilleur niveau s’il s’en donne les moyens (tu n’as peut-être pas la chance d’évoluer dans une structure de niveau régional comme la mienne).

Les clubs qui ont fait le choix du haut niveau: Une ou plusieurs équipes de Nationales entourées par des éducateurs professionnels qui forment des jeunes et des adultes régulièrement pour renforcer et maintenir leurs équipes et ce sont eux qui jouent leur rôle à fond de formation quitte à passer la main lorsque l’avenir pongiste du joueur est en jeu.

Essayer d’imaginer comment cela a dû être dur pour le CLUB DE FONTENAY-SOUS-BOIS(94) de pousser au départ de STEPHANE OUAICHE pour le PPC VILLEUNEUVE pour qu’il puisse s’entraîner et progresser dans les meilleurs conditions possibles.

TOUS LES CLUBS PONGISTES DEVRAIT AVOIR LA MÊME BIENVEILLANCE à l’égard de leur joueur peu importe le coût engagé pour la formation et l’accompagnement.

Il y a quelques années, j’ai formé une joueuse au sein de mon club qui à du partir pour continuer son évolution.Ce fut l’un des moments les plus dur que j’ai eu à vivre par rapport au tennis de table et c’est ce qui m’a incité à m’interroger sur le rôle d’un club.

Elle n’est pas partie parce que le niveau proposé au sein du club n’était plus suffisant (classé 12 à l’époque) , mais parce que ses conditions d’entraînements et de matchs n’était plus générateurs de bien- être pour son épanouissement pongiste.

Si elle m’avait demandé ma permission, j’aurai bien sur souhaité qu’elle continue son aventure avec nous mais HEUREUSEMENT elle a fait preuve d’égoïsme et de détermination pour poursuivre sa progression dans de meilleurs conditions (classé 17 aujourd’hui).

Je pense que pour être sûr d’accompagner les joueurs à leur meilleur niveau chaque club doit rassembler plusieurs critères:

  • Des entraînements dirigés (par groupe de niveau si possible)
  • Une émulation saine entre tous les joueurs du club
  • Une pyramide de classement sans de gros écarts(et donc des équipes)
  • Un niveau régional au minimum 15 (pour les 2-3 meilleurs)

Si ton club ne regroupe pas tous ces critères et que tu arrives au sommet dans ton équipe 1, pose toi la question, CAR MÊME SI LES GENS LE PENSE PERSONNE NE TE DIRA si tu dois partir pour augmenter tes chances de progression, ou ce qu’il faudra faire pour SURPERFORMER sans quitter ton club (un autre sujet que je développerai plus tard).

LA COURBE DE PROGRESSION DU PONGISTE

Peu de gens s’en douterai aujourd’hui vu mon classement mais j’ai fait assez peu de compétition sur mes 3-4 premières années, ma mère n’avait pas de voiture donc pas Critérium Fédéral, à l’époque les jeunes benjamins n’avais pas le droit de jouer dans le championnat de France de tennis de table.

En revanche, je m’entraînais 3 fois par semaine et je faisais déjà du RAB après les entraînements jusqu’à la fermeture du club. J’avais déjà compris qu’avec une bonne technique cela me permettrai d’atteindre un classement élevé dans le futur.

Mon intuition ne m’a pas trompé, je considère que c’est l’une des raisons qui m’a permis de progresser lorsque je n’effectuais qu’un seul entrainement pendant de nombreuses années.

Pour la majorité des pongistes adultes, l’investissement pour progresser dans l’activité s’arrête en général trop tôt, souvent entre 6 à 8 ans, ils considèrent qu’ils ne peuvent pas aller plus haut alors qu’ils ont encore un matelas de points à aller chercher (Au moins 15 ans).

Au delà de ce temps , il est vrai qu’il faudra d’abord “DESAPPPRENDRE” certaines habitudes et lacunes techniques afin de les corriger. Puis reforger de nouvelles habitudes avec un meilleur contenu.

Les joueurs PRO ne font pas exception, ils ont juste plus de temps d’entrainement que les amateurs pour mettre cela en pratique.

Si tu arrives au sommet de ton club en moins de 10 ans, tu as encore un potentiel de progression incroyable car tout tes efforts vont être récompensé plus rapidement. Mon cas personnel par exemple :

classement au tennis de table

Je suis passé de 1790 points début 2007 après 10 années de ping à 2112 points début 2012 après 15 années et cela malgré une année 2008/2009 très compliqué.

Cela vaut le coup de continuer de s’investir, tu ne penses pas non?!

Dis-moi ce que tu penses en commentaires

JE PING DONC JE SUIS

SOUTENIR LA CHAINE: http://bit.ly/2VmrUYb

Jonas Mitonga

2 commentaires sur « Pourquoi ton club représente ( parfois) un frein à ta progression »

  • Je suis dans le premier cas que tu décris, petit club avec 4 joueurs vers 13 qui verrouillent l’équipe 1 et s’entraînent entre eux, puis le gouffre avec personne d’autre en dessous de 10 à part moi qui suis en pleine progression avec un gros potentiel de progression. Aucun entraînement dirigé bien sur…
    Je ne vois pas vraiment d’autre solution que de quitter le club, où les gens sont par ailleurs adorables

  • Salut, malheureusement il ne se rende pas compte que fermé autant la porte a l’acccéssion de joueur nuit aussi bien a la pérennité du club qu’a leur propre compétitivité car il ne sont jamais challengé. J’èspère que tu trouvera un club qui te permettra de t’exprimer pleinement sans frustration.
    N’hésite pas à me poser des questions si besoins
    Bon courage
    Jonas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.